Sortie de route pour Jaguar Land Rover

En publiant des résultats financiers négatifs pour le dernier trimestre, Jaguar Land Rover confirme sa mauvaise santé actuelle, et fait chuter le cours de la maison-mère Tata Motors.

Cela fait déjà plusieurs semaines, sinon quelques mois, que Jaguar Land Rover communique sur ses difficultés en cours, mais il faut croire que les investisseurs n’attendaient pas des résultats aussi mauvais. En annonçant le 7 février des pertes pour leur 3ème trimestre fiscal de plus de 270 millions de £, une dépréciation d’actifs de plus de 3,1 milliards de £, et une baisse de ventes mondiales de plus de 10000 unités, à 144000 voitures contre 154000 à la même période l’an passé, Jaguar Land Rover a entrainé avec lui le cours boursier de sa maison-mère, Tata Motors, qui perdait près de 30% à l’annonce de ces résultats, se stabilisant à -18% en fin de séance.

Au-delà du simple bilan financier, il apparait évident que Jaguar Land Rover traverse une période difficile, et que des économies d’ampleur sont en cours. En janvier, le constructeur annonçait se séparer de près de 4500 emplois, soit 10% de ses effectifs. Il y a quelque mois, il tentait d’alerter l’opinion sur les conséquences dramatiques d’un Brexit qui se ferait sans accord, ce qui semble de plus en plus certain de se réaliser. Et de manière plus anecdotique, le très exclusif et hors de prix Range Rover SV Coupé, qui se voulait une réinterprétation moderne de l’esprit du Range Rover Classic, a été annulé il y a quelques jours, sans tambours ni trompettes, avant même que sa production, pourtant confidentielle puisque limitée à 999 exemplaires, n’ait démarré.

La présence de ce fameux Range Rover SV Coupé avait d’ailleurs été annoncé pour Retromobile cette semaine. De fait, il n’était pas présent. Et puisqu’on parle de Retromobile, il n’aura échappé à aucun habitué que le stand du constructeur était d’une ambition sérieusement revue à la baisse par rapport aux années précédentes, tant en superficie, décoration, qu’en nombre de véhicules présentés. Là encore, un signe bien évident d’une recherche d’économies de fonctionnement.

Incertitudes croissantes autour du Brexit, net recul du marché chinois qui casse la dynamique que le constructeur cherchait à avoir sur ce territoire, vaste politique anti-Diesel en Europe là où 90% de la flotte Jaguar Land Rover sur notre continent s’appuie sur ce carburant, gamme électrique et hybride encore balbutiante…les raisons de cette mauvaise performance sont nombreuses, il reste à espérer que le constructeur saura prendre les bonnes décisions pour relever la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.