Rover P8 (1967-1971)

La P8 fut sans doute l’abandon de projet le plus médiatisé pour Rover…

Le lancement de la P6 en 1963 marqua un tournant pour Rover. Le travail des équipes de Rover, sous la houlette de David Bache pour le dessin et Spen King pour l’ingénierie, fit entrer la marque dans les années 60 avec une voiture réellement novatrice dans son style, loin de l’image « Auntie » associée à la P4 qu’elle remplaçait. Mais une chose manquait encore à cette voiture : une motorisation performante. Le programme P7 permit de tester la conception de moteurs 6 cylindres, mais fut abandonné en raison de coûts de production trop élevés et de la découverte du moteur Buick qui allait donné naissance au bloc Rover V8 (lire l’article sur la P7 pour plus de détails). En parallèle cependant, les équipes Rover réfléchirent au remplacement de la P5, dans une logique de style inspiré des canons américains, de Détroit en particulier. Mais le développement du bloc Rover V8, et surtout du Range Rover (alors baptisé 100 inch Station Wagon) prennent la priorité sur la P8, qui est plus ou moins gelée, d’autant que la P5 et la P6 disposent désormais, avec le moteur V8, d’une motorisation digne de leurs rangs.

Maquette P8, 1968
Maquette P8, 1968

Toutefois, l’arrivée de Rover dans le giron de British Leyland en 1968 relance le projet. Le management de Leyland, s’il est convaincu par le Range Rover alors presqu’achevé, l’est tout autant par les projets P8 et P9 (version coupé sport de la P8, initiée par la P6BS deux ans auparavant), et le besoin pour Rover de se doter d’une gamme moderne et dynamique.

Le développement reprend alors et sera achevé en 1971. Equipé d’un bloc V8 retravaillé à 4,4L de cylindrée (on n’ose à peine imaginer la puissance fournie), plusieurs prototypes sont construits et le projet est même annoncé dans la presse. L’outillage est réalisé par Pressed Steel pour l’emboutissage des tôles, et les premiers exemplaires de pré-production sont sur le point de sortir.

Mais le projet connaitra alors une fin brutale et sera stoppé net. Deux versions coexistent sur les raisons de cet abandon. La plus fréquemment évoquée est liée à la présence de Sir William Lyons, fondateur de Jaguar, dans le management de British Leyland, qui voit d’un mauvais oeil cette voiture venant mordre sur les terres de la marque au félin et de sa XJ6, lancée en 1968. Mais d’autres évoquent aussi le résultat désastreux d’un crash-test qui aurait mis en évidence le manque de résistance de l’habitacle lors de chocs frontaux.

Prototype P8, 1970. Le style est alors presque finalisé.
Prototype P8, 1970. Le style est alors presque finalisé.

Toujours est-il que le projet P8 est stoppé à un stade assez avancé et très proche de la mise en production. Son arrêt est relayé dans la presse de l’époque, et beaucoup chez Rover y voient le signe de la fin effective de son indépendance au sein de British Leyland.

La P8 aurait-elle pu connaître une heureuse carrière, alors que son lancement en 1972 était planifié? La crise pétrolière de 1973 aurait sans doute eu un impact rapide sur ses ventes, eu égard à sa motorisation. Mais la P8 marque d’une certaine manière la fin de la période Rover Company. Un nouveau projet, toujours sous la houlette de David Bache et baptisé P10, fut alors mis en chantier. Il deviendra rapidement le projet SD1. Mais si on retrouve certaines des lignes de la P8 dans cette dernière, la SD1 sera beaucoup plus raisonnable dans sa conception, et donc moins coûteuse : pont arrière rigide, freins à tambour à l’arrière…

Que reste-t-il aujourd’hui de la P8? Un seul prototype, dans un état déplorable, stocké dans les réserves du musée Heritage Centre de Gaydon. Son acheminement sur le site en 1998 endommagea fortement la voiture, qui chuta lourdement du camion qui la transportait alors. Ces quelques photos, prises en 2013 alors que le véhicule stationnait brièvement à l’air libre, illustrent le gros travail de restauration qui doit être entrepris avant qu’il ne puisse espérer rejoindre les autres voitures exposées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.