Rover P6 (1963-1977)

0 2182

Depuis longtemps on pense à Solihull à une remplacante de la P4. La clientèle visée est celle des jeunes cadres dynamiques et en pleine ascension sociale. Un 4 cylindres est étudié, cylindrée : 2L, arbre à came en tête. A son lancement en 1963, la 2000 surprend, son avant-gardisme affiché (quoique toujours de bon ton) rompant avec les P3, P4 et P5. D’ailleurs elle est fabriquée dans une usine entièrement nouvelle. Elue voiture de l’année 1963 on la compare souvent à la DS, tant les innovations sont nombreuses ainsi que pour son confort. Mais comme cette dernière, son moteur manque de mordant et en 1966, en même temps que l’Automatic, sort la TC à double carburateur.

En 1967 la P6B équipée du moteur V8 3500 (boîte auto, les mêmes que la P5B) bénéficie enfin des performances à la mesure des qualités de son châssis.

3500S_GdEn 1970, 3500 (direction assistée en option) et 2000 (Mk II : alternateur en place de la dynamo, batterie relogée à l’arrière) sont modifiées (nouvelle calandre en nid d’abeille) – apparait également une version spéciale destinée aux Etas-Unis avec air conditionné et assistance de la direction d’origine – et l’année suivante apparaît la 3500S à boîte manuelle (4 vitesses) qui deviendra un standard …de la police anglaise!
Le manque de puissance résolu par le V8 sur le haut de gamme, le problème demeure sur les 4 cylindres et en 1973 la réponse arrive avec le 2200 décliné sur toute la gamme, mais la consommation suit…
La production de la P6 cesse en 1977, un an après l’introduction de la SD1.

Coupé TCZ, dessiné par Zagato

Coupé TCZ, dessiné par Zagato

N’oublions pas :

  • Le break et la décapotable construits par Panelcraft.
  • Deux élégants coupés Graber sur base 2000TC.
  • Le coupé Zagato TCZ.
  • Celui dessiné par D. Bache et construit par Radford sur base Three Thousand Five.
  • P6BS : un prototype basé sur le V8, développé sous le badge Rover mais destiné à la filiale Alvis. Abandonné par British Leyland, les commentaires élogieux de la presse faillirent faire revenir les dirigeants du groupe sur leur décision (elle serait devenue P9), mais l’opposition farouche de Sir W. Lyons (Jaguar) qui voit d’un mauvais oeil sa concurrence, la condamne définitivement.
  • P7 : une version 6 cylindres du moteur original (3L – 150 bhp), qui s’arrêta au stade des prototypes après la décision d’équiper la voiture du nouveau bloc V8, plus léger et plus performant.

Comment les reconnaître?

  • 2000, 2200 : phares affleurants, insigne au centre de la calandre.
  • 3500 Mk II : calandre proéminente (et dessin différent), insigne sur le capot, toit en vinyle et enjoliveurs spéciaux (à l’export).

 

Galerie de photos de presse d’époque

Les dénominations :

  • SC : Single Carb, monocarburateur SU – 89 cv DinE en 2L (1967 à 73), 98 en 2,2L (1974 à 77)
  • TC : Twin Carb, deux carburateurs SU – 109,5 cv DIN en 2L (1967 à 73) – 115 cv Din en 2,2L (1974 à 77)
  • Three Thousand Five : ce sera l’appellation officielle à la sortie (1968) du V8, elle prendra ensuite la dénomination 3500, marketing oblige?

Pourquoi les aime-t-on?

  • Parce que ce sont de réllement bonnes automobiles, de celles qui marquent l’histoire.
  • Pour leur ligne indémodable.
  • Pour la roue de secours sur le coffre arrière.
  • Pour le confort, la souplesse et les performances (modèles V8 et 2200 TC). Qui se soucie d’ accessibilité mécanique?

 

Galerie de photos de presse publiée par le groupe MG Rover à l’occasion du 100ème anniversaire de Rover

Mots-clés : , , , , ,

Articles similaires

Publier une réponse

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.