Rover 2.0 GTD Estate : Montego en fin de vie

1 176

Si le nom Austin commence à disparaitre des voitures du même nom dès 1988, comment fallait-il les appeler? C’est ce dilemme que devra résoudre Austin-Rover, devenu simplement Rover Group en 1989. 

Et cela fut un peu chaotique, culminant avec l’apparition du badge Rover sur la Montego Estate au printemps 1993, jusqu’à sa fin de commercialisation à la fin 1994. Les Maestro et Montego, et dans une moindre mesure la Mini, sont passées par un certain nombre de changements d’appellation et de marquage dès lors que la marque Austin était vouée à disparaître, sous l’impulsion du patron de Rover Group, Graham Day, nommé en 1986.

Voici un petit résumé des faits, concocté par notre membre Lionel Sentenac, publié initialement sur les forums Rover-MG France :

Le nom Austin a été abandonné en Angleterre courant 1988, les Mini, Metro, Maestro, Montego sont devenues on dira « des marques » à part entière dans la politique Rover. C’est à dire que sur la calandre les monogrammes carrés qui portaient le nom Austin ont laissé place aux mêmes monogrammes mais qui portaient l’inscription Mini, Metro, Maestro, ou Montego selon le véhicule ( à l’arrière le monogramme Austin avait déjà disparu depuis 1987 en Angleterre).
Pour les véhicules importés en France, les calandres ont repris ces nouveaux emblèmes, mais l’inscription AUSTIN est restée apposée à l’arrière des véhicules Metro, Maestro, Montego jusqu’à la fin de l’année 1988 (la Mini n’avait à l’arrière que le monogramme Mini depuis plusieurs années).
Pour 1989, autant en Angleterre qu’en France, il y a eu une évolution supplémentaire. La metro a subit quelques modifications esthétiques et d’ordre d’équipements, et a reçu une nouvelle calandre qui reprenait en son milieu un nouveau monogramme qui avait la forme du monogramme Rover, mais qui portait l’inscription Metro. Idem pour la Montego qui a eu un restylage plus profond début 89, avec l’apparition notamment du Turbo Diesel Perkins, et la nouvelle calandre, mais le nouvel emblème était apposé sur le capot (forme de l’emblème Rover mais inscription Montego). La Maestro n’a pas eu droit au restylage, et donc le monogramme Maestro est resté le même c’est à dire le rectangulaire au milieu de la calandre comme sur le millésime précédent. Il en est de même pour la Mini, qui a conservé son badge rectangulaire Mini sur la calandre.
Les modèles MG reprenait le badge Mg pour les Metro sur les nouvelles calandres, et sur le capot pour la Montego.
En octobre 1989, commercialisation de la nouvelle Série 200 5 portes en Angleterre, et modifications d’ordre esthétiques sur la Série 800 (nouveaux pare chocs plus gros,…), et sur ces deux modèles nouveau logo Rover, plus fin que le précédent. La série 200 4 portes toujours produite conserve l’ancien logo Rover. Les nouveau modèles Rover produits ensuite auront tous le nouvel emblème.1990, pas de modification de badges.
Courant 1991, la Mini reçoit à son tour le nouvel emblème sur le capot, c’est à dire la forme du logo Rover, mais l’inscription Mini, sauf la cooper, qui a le monogramme cooper, et la calandre n’a plus aucune inscription.
La Maestro en France jusqu’à la fin de son importation courant 1991 n’aura aucune modif d’emblème, pas plus qu’en Angleterre d’ailleurs, mais la Montego en connaîtra en France. Courant 1992, l’importation de la Montego berline cessera en France, le break continuera d’être importé avec la finition 2.0 DSL Turbo Estate jusqu’en début 1993, et avec les mêmes logos que par le passé. Mais pour une question marketing, la Montego break deviendra en France à partir du printemps 1993 la Rover 2.0 GTD Estate, avec l’emblème ROVER sur le capot, et le monogramme Rover sur le hayon arrière à gauche, et 2.0 GTD à droite, et ce jusqu’à la fin de l’importation de ce modèle en fin 1994 en France.

La Montego Estate sera donc la dernière voiture née Austin (si l’on excepte la Mini) à disparaître du catalogue Rover en France, et la seule Austin à avoir porté le drakkar Rover, et ce uniquement sur les marchés en dehors du Royaume-Uni. Très logeable, disposant d’une banquette arrière escamotable (tournant le dos à la route), pouvant ainsi la transformer en break 7 places, la Montego Estate sera remplacée au catalogue français par la 400 Tourer, courant 1995, avec une seule version importée pour la France, la 418 SLD Turbo. Elle ne sera commercialisée qu’un an.

1 commentaire

  1. Daniel Prévost 25 juin 2016 à 14h45

    Bonjour

     »Heureux » propriétaire d’un break Montego Estate, elle roule toujours, c’était ma voiture d’ utilisation journalière, achetée en 1998 à 94 000 km, elle en a à ce jour 420 000 sans avoir subit de grosses interventions. Elle est d’octobre 1993.

    Aujourd’hui, elle m’est encore de grande utilité pour mes déménagements.

    Cordialement

    Daniel Prévost

Publier une réponse

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.