Vignette Crit’Air et circulation restreinte : les faits, rien que les faits…

( cette vignette est celle de mon véhicule) Photo prise d'une vignette "CRIT'air" sur le pare-brise d'une voiture le 13 décembre 2016 à Grenoble où les restrictions de circulation sont maintenues. Le certificat qualité de l'air (pastille ou vignette Crit'Air) permet de faciliter l'identification des véhicules les moins polluants par une pastille de couleur. AFP/ JEAN-PERRE CLATOT

…et pourquoi la Carte Grise Collection devient inévitable.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mise en place de ce système de vignettes Crit’Air, et son application aux règles de circulation dans Paris, entraine des débats passionnés, notamment dans notre milieu de la voiture de collection. L’objectif de cet article n’est pas de discuter de la pertinence ou non de cette mesure, chacun ayant son opinion bien tranchée dans un sens ou dans l’autre, mais juste de rappeler les règles exactes de ces mesures et ses conséquences, notamment en ce qui nous concerne.

Depuis ce lundi 16 janvier 2007, il est, comme vous l’avez sans doute entendu, désormais obligatoire d’apposer une vignette Crit’Air sur son parebrise pour rouler dans Paris intra-muros. Cette vignette, qui permet de classifier une véhicule selon son degré (théorique) de pollution, a été conçu par le gouvernement à destination de toutes les municipalités souhaitant mettre en place de Zones de Circulation Restreinte (ZCR) ou des restrictions lors de pics de pollution.

Concrètement, si votre véhicule est éligible, il peut disposer de l’une des vignettes suivantes :

A titre d’exemple, une Rover 75 à moteur essence bénéficie d’une vignette 3, tandis que la même voiture en diesel bénéficie de la vignette 4 ou 5, selon sa date de 1ère mise en circulation.

Cette classification permet en outre la mise en place de restrictions de circulation en cas de pics de pollution qui seront beaucoup plus « intelligentes » qu’aujourd’hui. La règle de la circulation alternée (plaques paires autorisées les jours pairs, et inversement) était en effet particulièrement ubuesque et incohérente. Il sera désormais possible d’interdire, en cas de pics de pollutions sévères, les vignettes 5 de circuler, par exemple. Ce sera la préfecture de police de Paris qui décidera des règles en fonction de la sévérité du pic de pollution.

Dans Paris intra-muros, la mise en place de la Zone de Circulation Restreinte interdit l’accès à Paris (à l’intérieur du périphérique) aux véhicules mis en circulation avant le 1er janvier 1997, en semaine entre 8H du matin et 20H le soir. Cette restriction ne s’applique pas les weekends et jours fériés. Ce sont donc tous les véhicules sans vignette, car trop anciens qui sont concernés. Le propriétaire qui se ferait contrôler risque de devoir payer une amende (68€) s’il ne dispose pas d’une vignette sur son parebrise.

Sauf si…il bénéficie d’une carte grise collection.

En effet, outre les véhicules de service d’urgence, professionnels alimentant les marchés, et autres dérogations du même genre, il est une dérogation qui nous concerne directement : tous les véhicules bénéficiant d’une carte grise collection.

Sous l’impulsion notamment de la FFVE, dont il faut saluer ici l’action, tout véhicule bénéficiant d’une carte grise collection n’est pas concerné par ces restrictions de circulation, et peut donc continuer à circuler librement dans Paris. 

Rappelons que depuis 2009 et l’instauration de nouvelles règles pour l’établissement d’une carte grise collection, il n’y a, à nos yeux, que des avantages à inscrire son véhicule (s’il a plus de 30 ans), sous ce régime :

  • aucune restriction de circulation, en France ou a l’étranger. Avant 2009, un véhicule en CG collection ne pouvait pas sortir de son département, c’est désormais une aberration qui appartient au passé.
  • une obligation de contrôle technique tous les 5 ans seulement, au lieu de 2 ans.
  • la possibilité tout à fait légale d’équiper son véhicule de plaques anciennes (chiffres sur fond noir, sans logo européen ou de région). Bien que beaucoup de possesseurs d’anciennes en carte grise normale le fassent aujourd’hui, ce n’est pas autorisé pour ceux-ci, sauf s’ils sont toujours sur une immatriculation (et donc une carte grise) antérieure à 1993…
  • et donc, aucune restriction de circulation dans Paris en semaine.

Si on se réfère aux véhicules Rover, toute voiture jusqu’à la SD1 comprise (fabriquée jusqu’en 1986 faut-il le rappeler) peut donc bénéficier d’une carte grise collection. Et si vous détenez aujourd’hui une carte grise classique, la basculer en collection ne vous coûtera pas grand chose.

Alors bien sûr, il reste toute une catégorie de véhicules qui reste interdite de circulation dans Paris intra-muros en semaine, parce que trop ancien pour bénéficier d’une vignette, et trop récent pour bénéficier d’une carte grise collection. Les youngtimers sont particulièrement touchés. A titre d’exemple, une Rover 827 ou une 216 Cabriolet sont ainsi concernées. Et pourtant, ils peuvent bénéficier très souvent d’une assurance collection, bien qu’étant en carte grise normale, leur finalité étant bien la même que celle des véhicules de plus de 30 ans sous le régime de la CG collection.

Bref, il fallait bien que quelques incohérences administratives subsistent…

 

2 commentaires

  1. C’est clair comme toujours avec le Club. Toutefois il serait bon de voir avec la FFVE ce qu’il est prévu pour les étrangers sans CG de collection. En effet on ne peut acheter une vignette qu’avec un N° de CG française. Cherchez l’erreur. Et si on verbalise tous les touristes, bonjour Paris !

  2. Avantages et inconvénients (enfin, surtout des avantages) de la carte grise collection : http://www.autocollec.com/carte-grise-collection/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.