Le Freelander 1 rejoint la division Land Rover Heritage

0 116

Lancé en 1997 par Rover Group et produit jusqu’en 2006, le Land Rover Freelander de première génération rejoint la division Heritage du constructeur.

La division Heritage de Land Rover, lancée en avril dernier, a vocation à assurer la disponibilités des pièces de rechange des véhicules historiques de la marque. Première des conditions pour qu’un modèle rejoigne cette division : sa production doit avoir été arrêtée depuis au moins 10 ans. C’est le cas du Freelander de première génération désormais, puisque sa production prit fin en 2006.

Développé sous le nom de code CB40 (CB étant l’acronyme de Canley Building, où le développement eut lieu sur le site de l’ancienne usine Triumph), le Freelander inaugurait pour Land Rover la mode des SUV 4×4 compacts, et rejoignait ainsi le Defender, le Discovery et le Range Rover au catalogue.

Initialement, un modèle badgé Rover devait également figurer au catalogue de Rover Group, en version 2 roues motrices. Mais c’est finalement sous le seul blason Land Rover que le projet aboutit.

Lancé en 1997, alors que BMW était le propriétaire du groupe, il était motorisé à son lancement, au choix, par un 4 cylindres essence de 1.8L et 120 chevaux (le fameux bloc K-Series, que l’on retrouvera sous la même forme sous le capot de la Rover 75), ou bien par un 4 cylindres diesel maison, le L-Series, lui aussi bien connu des berlines Rover (200 et 400). En 2001, le bloc KV6 de 2.5L et 177 chevaux de la Rover 75 viendra compléter la gamme, tandis que le bloc diesel 2.0L d’origine BMW (M47), toujours issu de la Rover 75, remplace le bloc L-Series.

La faillite du groupe MG Rover en 2005, qui assurait la production des blocs K 1.8L et KV6 pour son propre compte mais aussi pour Land Rover, entraina un arrêt prématuré de sa commercialisation aux Etats-Unis, faute de disponibilité de pièces (seule la version V6 y fut commercialisée). Le Freelander 1 fut remplacé l’année suivante par le Freelander 2, dont les motorisations étaient issues de Ford, propriétaire alors de la marque Land Rover.

Publier une réponse

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.