Il y a 20 ans…BMW rachète Rover Group

Les CEO de British Aerospace, Dick Evans, et BMW, Bernd Pischetsrieder, en 1994.

Il y a 20 ans, BMW prenait le contrôle de Rover Group.

Le 31 Janvier 1994, prenant tous les observateurs par surprise, les PDG de British Aerospace (BAe) et BMW, respectivement Dick Evans et Bernd Pischetsrieder, annonçaient le rachat par le second des 80% de Rover Group détenus par le premier (les 20% restants appartenant à Honda, qui apprit la nouvelle comme tout le monde, par la presse, et qui, furieux, revendit à BMW ses 20% à peine 15 jours plus tard).

Rétrospectivement, BMW démantelant le groupe à peine 6 ans plus tard, et Rover faisant finalement faillite en 2005, on pourrait se dire que ce ne fut pas la meilleure chose qui soit arrivé à Rover. L’opinion publique britannique était d’ailleurs très hostile à cette acquisition à l’époque. Mais malgré le fait que BMW conserva pour lui la nouvelle MINI (conçue très majoritairement, faut-il le rappeler, par les équipes de Rover) et que Land Rover fut revendu à Ford en 2000 pour une somme très confortable, les très nombreuses erreurs de gestion et l’absence de mutualisation des outils et plateformes industrielles expliquent en partie l’échec de cette acquisition.

Les CEO de British Aerospace, Dick Evans, et BMW, Bernd Pischetsrieder, en 1994.

Pourtant, il faut aussi rappeler les sommes importantes déboursées par BMW dans la modernisation de l’outil de production dans l’usine d’Oxford, mais aussi le développement de la Rover 75 qui fut la première Rover, depuis la SD1, à être conçue de manière indépendante par les équipes R&D de Rover à Gaydon. Sans cet argent frais apporté par BMW, la Rover 75 n’aurait jamais vu le jour, elle qui devait être, au départ, qu’un restylage hâtif de la Rover 600 (sur base Honda). Sous la propriété de BAe, Rover était notoirement sous-financé, BMW le savait, et avait l’ambition de refaire de Rover un constructeur  premium, dont la gamme viendrait compléter celle de BMW. Les volumes de production de BMW et de Rover étaient comparables en ce début d’année 1994, et les gammes se complétaient idéalement, tout en permettant à BMW de ne pas dénaturer sa propre marque en devenant trop généraliste.

Mais l’image de marque déclinante de Rover, l’héritage des périodes British Leyland puis BAe et des parts de marché sans cesse en baisse pour Rover en décida autrement. Ne restent visibles de cette époque que la Rover 75, dont les amateurs savent reconnaitre les qualités, et la « nouvelle » MINI, dont la 3ème génération arrivera dans les show-rooms BMW dans quelques semaines. Le succès insolent de cette dernière permet de se dire que si BMW n’avait pas jeté l’éponge en mai 2000, l’histoire de Rover ne se serait peut-être pas brutalement arrêté en mai 2005…

2 commentaires

  1. Tout dépend comment elle est acquise 😉

  2. … une raison supplementaire pour ne pas acquerir de beheme….. (pour rire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam, merci de compléter la réponse * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.